WWF-Canada Blogue:
Communauté

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Comment faire de vos ados de futurs adultes responsables

 By Dana McCauley

Ah les joies d’être parent! Tant de moments d’émotion, de fierté, de joie pure. Et puis vient l’adolescence, et avec elle une bonne dose de stress et de frustrations. Ne semble-t-il pas que lorsqu’ils deviennent de jeunes adultes, les bonnes manières et habitudes de nos « tout-petits » disparaissent pour ce qui nous semble être à jamais? De fait, il n’est pas rare de voir l’enfant autrefois  si inquiet du sort des baleines se muer en un adolescent totalement inconscient et capable de laisser toutes les lumières et appareils électriques de la maison allumés en même temps. C’est le cas de votre ado? Ne désespérez pas, tout n’est pas perdu!

 


Le WWF donne son appui à un programme de sensibilisation à l’environnement de l’ école Dongzhimen de Pékin .  © Brent Stirton / Getty Images / WWF-UK

S’il est bien sûr préférable de commencer à sensibiliser les enfants dès leur plus jeune âge à l’impact de leurs actions sur l’environnement, on sait bien que cela n’est pas toujours possible. De fait, de plus en plus d’adultes apprennent encore chaque jour quelque chose de nouveau sur l’état de la planète et l’incidence de nos choix au quotidien sur la santé de la Terre et son avenir. Il aurait certainement été préférable de s’engager plus tôt sur la voie de la conservation, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire!

Et comment faire lorsqu’on est parent pour instiller des valeurs de durabilité chez des ados? Mon expérience – limitée, je l’avoue – m’a appris que la persuasion « douce » est l’approche qui fonctionne le mieux avec un ado. La dernière chose qu’un ado veut entendre, c’est bien ce qu’il doit faire, non? Alors avec mon fils, plutôt que de lui rebattre sans cesse les oreilles avec nos « éteins la lumière » (c’est incroyable le nombre de fois que l’on peut dire ça dans une journée), nous avons décidé mon mari et moi de nous y prendre autrement : j’essaie donc de prêcher par l’exemple, et je discours sur ce que je fais et pourquoi. Comme dit mon mari, à force de répéter, ça finira bien par entrer!

Nous essayons aussi de faire participer notre fils à nos projets. Je dois dire qu’il n’est pas toujours d’un enthousiasme délirant, mais nous espérons que les comportements appris se maintiendront lorsqu’il quittera la maison. Quelle sorte de projets? Eh bien, nous avons troqué nos vieilles ampoules contre des fluorescents compacts et autres ampoules moins énergivores et comme notre fils est très grand, c’est à lui qu’il revient de changer les ampoules au plafond. Pendant qu’il a les bras en l’air à visser et dévisser ses ampoules, je répète ma petite litanie du pourquoi et du comment, que ce n’est pas uniquement pour réduire la facture d’électricité, etc. Nous avons également décidé de baisser le thermostat de quelques degrés en hiver, et de l’augmenter en été. Et l’on se vante d’adorer porter des gros chandails et des gros bas de laine en hiver et de se promener pieds nus en été jusque tard dans la nuit. Il arrive bien que notre fils nous regarde d’un air un peu désespéré d’avoir des parents aussi peu subtils, mais nous savons que nous plantons ainsi la petite graine de la conscience environnementale.

Et parlant de planter, nous cultivons également un petit jardin potager et essayons le plus possible d’acheter les aliments qui nous semblent les plus logiques d’un point de vue durable – fruits locaux en saison, et produits de la mer certifiés MSC. Les repas sont une bonne occasion de discuter de nos choix alimentaires et de nos motivations. Outre que ces conversations sont instructives, elles nous mènent à discuter d’autre chose que de la pluie et du beau temps et des potins du quartier. De fait, nous avons des discussions très intéressantes sur toutes sortes de sujets, et notre fils nous entend exprimer notre point de vue sur la politique aussi bien que sur la nutrition et l’importance d’une approche durable en matière d’environnement. C’est ainsi qu’un innocent petit poisson MSC nous aide à évoluer comme parents dans notre rapport et nos conversations avec nos enfants.

Alors ne perdez pas espoir! Persévérez dans vos bonnes habitudes et encouragez-vous en pensant que vos ados retrouveront leur « bon fond » conscientisé et attentif lorsqu’ils auront dépassé cette difficile période – surtout pour vous! Continuez de discuter avec eux, car même le désaccord porte à réfléchir lorsque les positions sont exposées clairement et calmement. Alors plantez, plantez, la petite graine finira par germer!