WWF-Canada Blogue:
Arctique

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Les aventures de l’Arctic Tern vers le Dernier refuge de glace – semaine du 25 juin au 1er juillet

Écrit par Valentine Ribadeau Dumas, deuxième officier et directrice de la logistique et de la science

Le premier arrêt le long du Saint-Laurent est arrivé un peu plus tôt que prévu : la météo avait bien annoncé un avis de Grand frais / coup de vent, mais un peu plus tard que la réalité. Ainsi, au large de Baie-Comeau, nous avons dû décider de nous rentrer au port, plutôt que de continuer notre route. Plus facile à dire qu’à faire quand on a 30/35 nœuds de vent dans le nez, que la marée donne des courants contraires et que la mer est très formée.

Valentine dans la tempête

Heure après heure et mile après mile, nous atteignons finalement la marina de Baie-Comeau vers 3 heures du matin, après près de 12 h à se faire brasser : fatigué, trempé, mais heureux d’être à quai, l’équipage prend enfin le temps de souper et de tout faire sécher. On profite de cette escale pour faire quelques petits travaux (refaire le plein de propane, isoler le bateau encore un peu plus, checker les nouveaux filtres le moteur, etc.). En même temps, on en profite pour faire une visite éclair aux Jardins des Glaciers. Cet organisme s’occupe d’observer les glaciers partout dans le monde pour aider à comprendre les changements climatiques, Grant et Pascale en sont d’ailleurs deux des ambassadeurs, une très belle exposition sur les glaciers de Chamonix en ce moment. Vu la planification des taches, nous devons cependant faire vite.

Une fois le mauvais temps passé, Arctic Tern I reprend la mer jeudi 26 à 4 h du matin. Peu de vent, mais assez pour enfin mettre quelques voiles dehors, ça fait du bien! Nous cherchons un peu les baleines, car nous allons rendre visite à la station de recherche des Iles Mingan, organisme qui étudie toutes les espèces de grands rorquals présentes dans le Saint-Laurent, notre dernière adresse pour recevoir les colis manquants au départ (pièces de rechange, etc.). Notre colis arrive même directement à bord, dès notre arrivée! Merci à leur équipe et sympa de retrouver les petits ports locaux, loin des grandes marinas.

Arrivée à Mingan

Une autre visite rapide et nous voilà en mer de nouveau, le calendrier avance et il est temps de poursuivre notre route. Direction le Detroit de Belle-Isle pour une dernière escale avant la traversée vers le Groenland.

On nous avait prévenus, le détroit de Belle-Isle failli rarement a sa réputation : brouillard, brouillard et brouillard, un peu de soleil parfois. En effet, quelques heures de soleil hier dont l’équipage a largement profité, mais sinon, on ne voit pas à 200m! Vigilance durant les quarts et radar aux aguets. Arrivée prévue à Blanc-Sablon dans la nuit de dimanche à lundi (2 juillet).

L’équipage entre donc tranquillement dans la routine des quarts : chacun a 3 h de quart toutes les 6 heures. La cuisine se fait à tour de rôle, les petits travaux ici et là aussi. On apprend aussi les petites habitudes de chacun : eau chaude à chaque début de quart pour Pascale (et bonbons sur le pont), deux cuillères à café de lait en poudre dans le thé de Grant (et pas plus!), une demi-boule de thé au jasmin dans le mien (et pas plus non plus!). À la fin de chaque quart, nous remplissons le logbook, décrivant la situation à une heure précise (cap à suivre, cap suivi, vent, conditions, moteur ou voile, distance restante, etc.), tout y est compilé.

Logbook

Pour les nouvelles de chacun, Madame Velcro continue à sévir à bord : la boite de céréales étant sa dernière victime. Cette semaine, nous avons eu l’apparition de ‘Monsieur Spiderman’ (Grant). À n’importe quelle heure du jour et de la nuit, il surgit de sa bannette au moindre bruit suspect, bizarre ou inhabituel et croyez-moi, vous ne l’entendez pas toujours arriver!

Le bateau et l’équipage se préparent donc pour cette dernière escale, le retour dans le monde terrien implique le retour à bord des listes de choses à acheter, à faire, à trouver, à réparer, à consolider, à refaire, à améliorer, etc. Le bateau se retrouve donc plein de post-its de toutes les couleurs permettant à chacun d’y inscrire le nécessaire.

Post-its

Notre départ de Blanc-Sablon dépend de la météo donnée pour la traversée. Nous avons hâte de gagner l’océan (et de sortir du brouillard!) pour finalement rejoindre le Groenland et accueillir à bord les équipes du WWF ainsi que les scientifiques.

Arctic Tern I avec les voiles sorties