WWF-Canada Blogue:
Arctique

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Les aventures de l’Arctic Tern vers le Dernier refuge de glace – du 9 au 13 juillet

Écrit par Grant Redvers, capitaine de l’Arctic Tern

Au large du Groenland

Il n’y a qu’une semaine que nous sommes en mer, mais sans doute à cause de la brume qui enveloppe l’Arctic Tern depuis notre départ du Canada, on a l’impression de naviguer depuis plus longtemps. Un vent du sud-est nous pousse maintenant vers le nord. Les journées allongent de manière sensible lorsqu’on s’approche du cercle polaire et que l’on traverse la latitude qui mène au pays du soleil de minuit. Il est plus facile de naviguer avec plus de lumière, bien sûr, mais cela ajoute à notre sentiment d’être décalés dans le temps, surtout avec toute cette brume, et notre routine de 3 heures de guet suivies de 6 heures de repos.

Le soleil de minuit

Nous sommes donc un peu fébriles à l’approche de Sisimiut, premier port d’escale au Groenland, car nous espérons qu’un peu de temps sur la terre ferme nous aidera à retrouver notre notion du temps.

Sisimiut à l’horizon

Le débarquement

Poser le pied sur la terre ferme, c’est abandonner notre petite routine monotone pour nous retrouver dans une petite communauté qui nous accueille avec le sourire, plantée dans un décor estival de couleurs, de fleurs aux couleurs vives et de maisons encore plus éclatantes. Quelle belle initiation au Groenland, à son peuple et à sa culture! Cela ne fait qu’accroître notre désir d’en savoir plus sur ce coin de la planète.

Le port de Sisimiut

Notre arrêt à Sisimiut nous a permis d’effectuer quelques opérations d’entretien de routine, de faire le plein d’eau et d’aliments frais… et de prendre enfin une douche chaude! Nous avons également fait une virée en ville qui s’est avérée bien amusante – pour nous comme pour les gens du coin –, car aucun d’entre nous ne parle le groenlandais ni le danois. En dépit de tous nos efforts pour apprendre quelques mots, nous sommes vite revenus à la langue commune à tous dans ce genre de situation, le langage des signes et le mime! Nous avons eu droit à une imitation de divers animaux sauvages par Pascale et Valentine, qui ont fait un numéro de phoque et de bœuf musqué à un marchand dans l’espoir de trouver de la viande. Le hic, c’est qu’il n’y avait là que du poisson!

Sisimiut

Cap sur le Nord

Après quelques jours de repos à Sisimiut, nous sommes prêts à repartir. Il est temps de reprendre la mer vers Upernavik, au nord. Le temps est clément, le soleil brille, la mer est calme, et nous sentons sur nos joues une petite brise du nord à la sortie du port. Nous reprenons tout naturellement notre routine en mer, mais à partir de maintenant nous ferons des arrêts plus fréquents le long de la côte, et nous jetterons l’ancre pour passer la nuit dans quelques endroits avant d’arriver à Upernavik.

Par contre, toujours pas de nouvelles de Bob depuis notre arrivée. Ce n’est pas faute de l’appeler, même que tout l’équipage s’y est mis, nuit et jour. Souhaitons qu’il ait trouvé une terre hospitalière.