WWF-Canada Blogue:
Arctique

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Pas à pas pour protéger l’ours polaire

Lorsqu’il a compris le lien entre le réchauffement climatique et la menace pesant sur l’ours polaire, Sean Hutton, 7 ans, a décidé d’agir et a organisé une journée Marchons-à-l’école pour réduire le nombre de voitures dans sa ville natale de Guelph, en Ontario.

Sean Hutton adore l’ours polaire, son animal préféré. « Ils sont si jolis avec leur fourrure blanche qui leur sert de camouflage sur la neige et la banquise », dit-il. L’an dernier, la famille Hutton a vu un documentaire expliquant l’effet du réchauffement climatique sur la calotte polaire.

Sean-1-600x450© Hutton

« Je ne crois pas que le documentaire ait même parlé des ours polaires, raconte le père de Sean. Mais une fois l’émission finie, on a discuté en famille du documentaire et de l’impact du réchauffement climatique sur l’animal favori de Sean. »

Quelques jours plus tard, tandis qu’ils revenaient à pied de l’école et longeaient un stationnement, Sean s’est tourné vers sa mère Tania et lui a dit que cela l’enrageait de voir toutes ces voitures. Tania n’a pas compris tout de suite de quoi il parlait, mais Sean a poursuivi : « Tous ces gens devraient savoir que les autos font de la pollution qui fait fondre la banquise et que les ours ont de la difficulté à chasser le phoque pour se nourrir! »

Ce soir-là, Sean a parlé à ses parents de son projet : une journée Marchons-à-l’école, pour réduire le nombre de voitures sur les routes et la pollution de l’air. Les élèves et enseignants de l’école de Sean ont aimé l’idée, le conseil d’élèves s’est impliqué et les élèves plus âgés ont aidé les plus jeunes à faire des affiches pour annoncer l’activité.

Sean-2-600x450© Hutton

En plus, la journée Marchons-à-l’école organisée en janvier dernier par Sean a permis de recueillir près de 1 000 $ pour
la campagne Habitat arctique du WWF-Canada. À l’école de Sean, on pense déjà à la prochaine édition de Marchonsà-
l’école et plusieurs autres écoles ont décidé de se joindre au mouvement. Et Sean voit grand; il rêve que sa journée
Marchons-à-l’école prenne une ampleur nationale, et que chaque enfant au Canada marche pour se rendre à l’école
au moins une journée par année.

Enseignants et élèves trouveront des idées d’actions porteuses au ecoles.wwf.ca