WWF-Canada Blogue:
Espèces

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Monarques : en légère remontée, mais la population reste très faible

Au cours des dernières années, le nombre d’acres des forêts occupées par les papillons monarques en hivernation au Mexique a chuté drastiquement. Or la superficie qu’occupent ces très fortes concentrations de papillons en hivernation est un bon indice du nombre total de monarques qu’il reste, car tous les papillons monarques retournent chaque année à la même forêt. Le plus récent relevé (en anglais) effectué au Mexique révèle que la population de monarques n’occupait qu’une faible superficie de 2,8 acres. Nous nous réjouissons que cette superficie ait augmenté par rapport à 2013 – une hausse de 69 % sur le minuscule 1,7 acre alors enregistré – mais elle n’en demeure pas moins la deuxième plus petite depuis 1993.

Papillons monarques agglutinés sur les sapins de la réserve de San Juan, au Mexique © Paul Bettings / WWF-Canada

Papillons monarques agglutinés sur les sapins de la réserve de San Juan, au Mexique © Paul Bettings / WWF-Canada

Qu’arrive-t-il donc à la population de monarques?
Les populations de monarques en Amérique du Nord sont menacées par la disparition progressive des habitats où ils se reproduisent, en raison de la raréfaction de l’asclépiade, leur principale source de nourriture. Ce recul de l’asclépiade est dû à l’utilisation d’herbicides et à de nouveaux usages du territoire, ainsi qu’à des politiques qui encouragent les propriétaires terriens à éliminer la plante, jugée « mauvaise herbe nuisible ». Les papillons sont bien sûr également touchés par les bouleversements climatiques – rapides et extrêmes – que l’on connaît au Canada, aux États-Unis et au Mexique. Ceux d’entre eux qui se rendent à destination pour hiverner au Mexique sont alors confrontés à la déforestation découlant de la coupe forestière illégale.

Voilà un cocktail de menaces auquel il est difficile de résister, et le nombre de papillons qui se rendent au Mexique pour hiverner a chuté drastiquement au cours des dix dernières années.

 Superficie de la forêt occupée par les monarques en hivernation: 2003 – 27,48 acres / 2006 – 16,98 acres / 2010 – 9,93 acres / 2014 – 2,79 acres ©WWF


Superficie de la forêt occupée par les monarques en hivernation: 2003 – 27,48 acres / 2006 – 16,98 acres / 2010 – 9,93 acres / 2014 – 2,79 acres ©WWF

Que fait le WWF?

Le Fonds mondial pour la nature travaille fort au Canada et aux États-Unis – où le monarque se reproduit et passe l’été – ainsi qu’au Mexique où le papillon hiverne, pour contrer les menaces qui pèsent sur ce beau papillon, et tenter d’aider l’espèce à rebondir.

Au Mexique, le WWF travaille auprès des communautés locales, du gouvernement et de l’entreprise privée pour assurer la préservation de l’habitat du monarque – essentiellement des forêts de sapins et de pins – par la promotion d’une saine gestion de la forêt et d’une réduction de la coupe illégale. En outre, nous cherchons à renforcer nos partenariats avec des organismes locaux afin de mettre sur pied des programmes d’incitatifs économiques qui encourageront les populations locales à conserver les zones essentielles de la Réserve de biosphère des papillons monarques.

Vous voulez en apprendre davantage sur les monarques et ce que vous pouvez faire pour les aider?

Papillon monarque (Danaus plexippus) se nourrissant du nectar de verge d’or sur la côte est des États-Unis. © naturepl.com / Ingo Arndt / WWF

Papillon monarque (Danaus plexippus) se nourrissant du nectar de verge d’or sur la côte est des États-Unis. © naturepl.com / Ingo Arndt / WWF

Que faut-il faire encore pour aider le monarque?
La plus grande superficie occupée cette année par les papillons révèle la capacité de l’espèce de rebondir. Le WWF demande aux dirigeants du Canada, du Mexique et des États-Unis de travailler ensemble et concrètement, et d’honorer l’engagement qu’ils prenaient en février 2014 de protéger la migration du monarque.

Pour assurer la reconstitution des populations de monarques, le Canada doit s’attaquer sans tarder au problème du réchauffement climatique en mettant sur pied, et en application, des politiques nationales en matière d’énergie en vue de se convertir entièrement aux énergies renouvelables. La sauvegarde du monarque passera également par le rejet au Canada des politiques inappropriées à la gestion des territoires de reproduction du monarque, notamment le retrait de l’asclépiade de la liste des mauvaises herbes nuisibles.