WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Le WWF-Canada rejoint un groupe binational pour s’attaquer au problème des algues dans le lac Érié

Au Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada), notre objectif est de nous assurer que toutes les eaux canadiennes soient en bonne santé d’ici 2025. À ce titre, nous gardons toujours un œil sur nos Grands Lacs. Dans le cadre de notre évaluation de la condition du bassin versant des Grands Lacs, l’un de nos Rapports sur les bassins versants, nous avons découvert que la pollution de l’eau constitue une menace de taille dans la région. Dans les rivières et les ruisseaux du sous-bassin versant du nord du lac Érié, la qualité de l’eau n’atteint pas le seuil désiré. En fait, les niveaux de phosphore dépassent les normes de qualité de l’eau dans plus de 70 % des échantillons recueillis entre 2008 et 2012. Ceci est très alarmant.

Le phosphore est un nutriment clé des systèmes aquatiques mais, en surabondance, il constitue la principale cause de la prolifération des algues bleu-vert. L’éclosion de ces algues en grandes quantités, qui devient de plus en plus courante dans les Grands Lacs, est causée par une trop grande concentration de phosphore dans l’eau. La prolifération des algues bleu-vert est parmi les plus grandes menaces qui pèsent sur les Grands Lacs, sur les réserves d’eau potable, ainsi que sur la qualité de vie et la vigueur économique de la région. Malgré les efforts déployés au cours de la dernière décennie, la quantité d’algues a continué de croître.

Éclosion d’algues dans le lac Érié en date du 28 juillet 2015 © NASA Earth Observatory

Éclosion d’algues dans le lac Érié en date du 28 juillet 2015 © NASA Earth Observatory

Le WWF-Canada a décidé d’agir, entre autres en collaborant avec d’autres organismes environnementaux et en appuyant diverses initiatives visant la santé de l’eau.

Récemment, le sous-comité en charge de l’annexe des nutriments de l’Accord relatif à la qualité de l’eau des Grands Lacs de 2012 (ARQEGL 2012), fruit de la collaboration entre les gouvernements canadien et américain, a publié de nouvelles cibles visant à réduire de 40 % la quantité de phosphore déversé dans les bassins central et occidental du lac Érié.

Le WWF-Canada a analysé les cibles promues par le sous-comité, et a émis ses propres recommandations en partenariat avec Freshwater Future, Freshwater Future Canada, l’Ohio Environmental Council, Environmental Defence et l’Alliance for the Great Lakes.

Voici l’essentiel de ces recommandations :

  • Établir une cible de réduction de 40 % de la quantité de phosphore déversé dans le bassin oriental du lac Érié également, à tout le moins sur une base provisoire.
  • Faire en sorte que les recherches scientifiques se concentrent sur les sources du phosphore coulant dans le lac Érié, en particulier via les affluents prioritaires.
  • Établir un échéancier clair pour l’atteinte des cibles. Les gouverneurs de l’Ohio et du Michigan, ainsi que la première ministre de l’Ontario, ont récemment signé une entente visant une réduction de 40 % du volume de phosphore entrant dans le lac Érié d’ici 2025.

Nous sommes heureux d’offrir notre perspective sur cet enjeu majeur, et nous espérons que – grâce aux nouvelles mesures et à la collaboration entre les différents partenaires et les gouvernements concernés – nous constaterons bientôt des améliorations sur le terrain. Tout cela est nécessaire pour s’attaquer au problème posé par les algues, et pour garantir un avenir sain pour les Grands Lacs.

Pour en apprendre davantage sur la prolifération des algues, jetez un œil à ce billet.