WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Caribou : mieux planifier pour mieux conserver

Le WWF-Canada encourage l’application du principe de précaution dans l’ajustement du moratoire sur la chasse au caribou toundrique dans l’île de Baffin.

Récemment, le gouvernement du Nunavut a modifié son moratoire du 1er janvier dernier, pour permettre la chasse de 250 caribous toundriques mâles sur l’île de Baffin. Le WWF-Canada n’appuie pas cet ajustement, et encourage le gouvernement territorial à adopter le principe de précaution dans sa gestion du caribou sur l’île, jusqu’à ce que cette population remonte à un niveau suffisant pour permettre une chasse durable.

Cette interdiction temporaire de la chasse au caribou toundrique est entrée en vigueur à la suite d’un déclin de cette population, de l’ordre de 90 %, au cours des 20 dernières années. Bien qu’une large part de ce déclin soit causée par des cycles naturels, le gouvernement du Nunavut croyait qu’il était important de protéger l’espèce alors qu’elle était au plus bas de ce cycle. Et nous étions d’accord.

Une harde de caribous toundriques (Rangifer tarandus) se déplacent à travers un paysage enneigé lors d'une journée venteuse dans le parc national Wapusk, Manitoba, Canada. © Peter Ewins - WWF-Canada

Une harde de caribous toundriques (Rangifer tarandus) se déplacent à travers un paysage enneigé lors d’une journée venteuse dans le parc national Wapusk, Manitoba, Canada. © Peter Ewins – WWF-Canada

Maintenant que le moratoire a été modifié, nous nous inquiétons du contexte dans lequel cette décision a été prise. Nous craignons que les données nécessaires pour la justifier n’aient pas été au rendez-vous, que les meilleures pratiques de conservation n’aient pas été suivies, et que les conditions externes au cycle de population des caribous n’aient pas été prises en compte. Nous avons exprimé ces craintes au gouvernement territorial, et nous serons aux aguets des prochaines opportunités de conservation de la harde d’ici la fin de l’année.

En ce moment, le statut de la population de caribous toundriques de l’île de Baffin demeure nébuleux. Puisque le moratoire est entré en vigueur il y a seulement huit mois, nous ne savons toujours pas si la population a augmenté, s’est stabilisée ou a continué à décroître. Plus tard cet automne, lorsque des relevés aériens seront effectués et que davantage de Qaujimajatuqangit (savoir traditionnel inuit) sera amassé, nous aurons un meilleur portrait de la situation. Ce n’est qu’à ce moment, en fonction de ces données, que le gouvernement du Nunavut devrait prendre une décision concernant l’ajustement du moratoire.

Vue aérienne de l'île de Baffin, Nunavut, Canada. © Peter Ewins - WWF-Canada

Vue aérienne de l’île de Baffin, Nunavut, Canada. © Peter Ewins – WWF-Canada

En plus d’avoir modifié sa politique sans avoir basé sa décision sur l’information pertinente, le gouvernement territorial a aussi établi un quota qui, en fonction des données auxquelles nous avons accès en ce moment, est trop élevé. Si l’on estime la population en déclin de caribous sur l’île de Baffin à environ 5000 individus, une approche basée sur la conservation recommanderait de maintenir intégralement le moratoire sur la chasse, ou du moins de limiter cette dernière à une proportion ne dépassant pas 1 ou 2 % de la population.

Le gouvernement du Nunavut a plutôt, en autorisant la chasse de 250 caribous, modifié la portée du moratoire pour 5 % de la population.

Enfin, le déclin de la population de cette harde de caribous toundriques n’a pas été uniforme à travers l’ensemble de l’île de Baffin. Par conséquent, l’ensemble du territoire ne devrait pas être traité de la même manière. Même si le centre et le sud de l’île ont été le théâtre d’un affaiblissement marqué de la population, nulle part dans l’île ce déclin n’a-t-il été aussi grave dans le nord. Il semblerait que le gouvernement territorial ne tiendra pas compte de cette réalité, et permettra la chasse autant dans le nord que dans le centre et le sud. Cette décision pourrait avoir des conséquences graves et irréversibles pour le caribou dans cette région.

Montagnes et banquise sur la côte de Victor Bay, nord de l'île de Baffin, Nunavut, Canada. © Lee NARRAWAY - WWF-Canada

Montagnes et banquise sur la côte de Victor Bay, nord de l’île de Baffin, Nunavut, Canada. © Lee NARRAWAY – WWF-Canada

Nous reconnaissons les bienfaits, à la fois socioéconomiques et culturels, de la chasse au caribou pour les communautés de l’île de Baffin. Cependant, tant la très petite taille de la harde et la croissance des activités industrielles dans le nord de l’île suggèrent qu’un moratoire intégral sur la chasse demeure nécessaire pour assurer la pérennité de la population de caribous toundriques dans la région.

Maintenant que la décision a été prise par le gouvernement du Nunavut, nous espérons – à l’instar de plusieurs autres observateurs – que les données qui seront recueillies cet automne montreront que la population de caribous sur l’île de Baffin est repartie à la hausse. Toutefois, si ces relevés devaient montrer que ce n’est pas le cas, le WWF-Canada collaborera avec ses partenaires locaux afin de promouvoir la restauration du moratoire, et ce jusqu’à ce que la population de caribous se rétablisse et atteigne un seuil suffisant pour soutenir une chasse durable.