WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Restaurer le ruisseau de l’île Birch et ses zones humides

Le projet de restauration du ruisseau et des terres humides de l’île Birch, important dans l’histoire du Labrador, ainsi que le développement d’un programme citoyen d’observation scientifique, nous permet d’être fiers de nos réussites, et ce, grâce au Fonds Loblaw pour l’eau.

Par Tammy Lambourne, chargée de projet, Healthy Waters Labrador

Récemment, lors d’une descente du ruisseau de l’île Birch, je n’ai pu m’empêcher de me remémorer l’importance de cet endroit, et ce, pour tellement de raisons. Les magnifiques cours d’eau, terres humides et forêts anciennes situés sur l’île occupent une place importance pour les gens de Happy Valley – Goose Bay. Pour plusieurs familles, ce fût leur habitat autrefois. Pour les écologistes, c’est un lieu exceptionnel pour l’observation des oiseaux. Et pour les enfants, c’est l’endroit idéal pour découvrir les épinoches et les têtards des littoraux. Le paysage riche et diversifié de l’île avait charmé les premiers colons de Happy Valley, faisant de cette île leur premier choix d’établissement.

Tammy-next-to-a-large-Black-Spruce-tree-on-Birch-IslandC-Marina-Biasutti-Brown-450x600

Tammy à côté d’une grande épinette noire sur l’île Birch. © Marina Biasutti-Brown

L’île Birch n’est désormais plus la demeure des humains, mais elle continue d’être le refuge de plusieurs communautés d’animaux et de plantes, malgré toutes les années de dégradation dues au développement et à son utilisation inadéquate. Plus récemment, l’île a encore été reconnue pour sa richesse écologique : un accord de gérance a été signé et un Plan de conservation de l’habitat a été mis sur pied pour protéger cette zone. Ainsi, le Healthy Waters Labrador (HWL), la Ville de Happy Valley, ainsi que des groupes communautaires partenaires travaillent sur la mise en oeuvre des objectifs de conservation mis en lumière dans le Plan de conservation. Première étape : commencer par des efforts de restauration et un inventaire afin de mieux comprendre les conditions environnementales actuelles.

Aidé de l’expertise locale et du dynamisme étudiant, HWL détient maintenant un inventaire personnalisé des oiseaux aquatiques sauvages et des oiseaux terrestres d’élevage et une série de relevés de printemps arriveront prochainement. Des inventaires seront effectués chaque année par les employés et bénévoles du HWL. Ces données sont récoltées et sont une partie importante du programme scientifique citoyen de l’île Birch. Nous en sommes présentement à l’inventaire d’automne des oiseaux de rivages et à la création d’un inventaire pour les plantes de la région.

Tammy devant un barrage de castors sur le ruisseau de l’île Birch. © Marina Biasutti-Brown

Le HWL a reçu sous peu la certification du programme national de surveillance de la qualité de l’eau RCBA (Réseau Canadien de Biosurveillance Aquatique). Cette formation, qui s’ajoute à l’achat de notre propre équipement de surveillance de la qualité de l’eau, nous permet maintenant d’évaluer la qualité de l’eau et des habitats aquatiques et par le fait même, contribuer à la base de données nationale pour la qualité de l’eau. Nous sommes aussi en train de mettre sur pied notre propre base de données d’informations reliées à la faune, la flore et la qualité de l’eau. Ceci nous permettra de mieux comprendre les caractéristiques et les conditions environnementales de l’île Birch et ainsi bien évaluer la santé de ses écosystèmes.

Ce travail d’évaluation soutiens les énormes efforts de restauration, incluant la réparation de deux traversées de cours d’eau vétustes qui gênent le débit et obstruent le passage des poissons. Ces sites seront dotés de caniveaux pour la première traversée et d’un pont pour la deuxième. Évaluer les conditions avant, pendant et après ces travaux est très important et nous sommes vraiment heureux de pouvoir le faire de façon autonome.

C-Tammy-Lambourne-600x450

Marina du HWL mesure le caniveau qui sera remplacé par un pont. © Tammy-Lambourne

À travers ce travail de terrain, nous avons été occupés par l’organisation de marchés locaux, de journées des bénévoles et d’activités d’éducation populaire pour discuter de l’importance de la conservation et de la protection des écosystèmes d’eau douce et continuer à accroître la sensibilisé et l’intérêt des locaux. Ce sont de belles réussites et de plus en plus de gens s’impliquent désormais avec nous.

En tant qu’effort de restauration se situant au cœur de la communauté, le projet suscite un intérêt local vraiment considérable et cette seule constatation est une grande récompense en soi.

Pour en savoir plus sur le HWL et son travail, visitez notre site (en anglais seulement), ou rejoignez-nous sur Facebook, “Healthy Waters Labrador”.
Nous nous réjouissons de continuer cet excitant travail dans les mois qui viennent!

Si vous êtes un organisme de bienfaisance ou à but non lucratif, vous pouvez appliquer au Fonds Loblaw pour l’eau jusqu’au 14 décembre 2015.