WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


5 raisons de prendre le plancton au sérieux

Chaque mercredi soir à 20 h, regardez le WWF Water Wednesdays sur la chaîne de télévision anglophone Love Nature pour en apprendre plus sur les enjeux de conservation liés à l’eau à travers le monde.

Par Jenna Wootton

La plupart des gens ne se soucient pas trop du plancton et certains ne savent même pas à quoi cela peut bien ressembler. Ces minuscules organismes vivant dans l’océan sont pourtant essentiels dans nos vies. Des aliments que nous ingérons jusqu’à l’air que nous respirons, ils aident à produire et soutenir la vie sur terre. Mais l’augmentation des gaz à effet de serre et l’acidification des océans menacent sérieusement leur avenir, menant à des conséquences désastreuses pour la vie aquatique et terrestre.

1-1-600x400

Illumination de plancton aux Maldives. © PawelG Photo / Shutterstock

Afin de protéger le plancton, le WWF travaille à la réduction des émissions et à l’adaptation face aux changements climatiques par la promotion des technologies en efficacité énergétique, le développement de lois sur les énergies renouvelables et la protection des habitats marins. Alors que la conservation marine traditionnelle se concentre principalement sur les gros prédateurs comme les baleines et les requins, la préservation du plancton doit être considérée comme aussi importante, et voici cinq raisons qui le confirment.

Le plancton constitue 95 % de la vie océanique

Les baleines, les requins, les phoques et les poissons représentent la forme visible de la vie marine, mais ils ne sont qu’une petite partie de la biomasse de nos océans. Environ 95 % de ce cette biomasse est formée par le plancton, nom collectif rassemblant des milliers, voire des millions d’espèces aquatiques, dont plusieurs sont invisibles à l’œil nu. Parmi celles-ci, il y a les microorganismes comme l’algue, les fongus et les bactéries, mais aussi de plus grosses créatures comme les méduses. Par définition, le plancton existe en tant que dériveur plutôt que nageur, à la fois parce qu’ils sont trop petits ou faibles pour nager contre les courants et parce qu’ils sont mobiles.

1-2-600x518

Hyperia macrocephala, organismes planctoniques. © Dmitri Ma / Shutterstock

Ils sont à la base de la chaine alimentaire aquatique

Les relations alimentaires entre les organismes sont parfois qualifiées de chaines, mais ce sont en fait des réseaux très complexes qui dépendent d’une variété de plancton. Chacun joue un rôle important dans le réseau, mais le phytoplancton semble être primordial. Ces algues microscopiques flottantes se forment dans les premiers 200 mètres des océans. Ils puisent assez de lumière pour effectuer la photosynthèse, comme le font les plantes terrestres. Parce qu’ils sont capables de produire leur propre nourriture, les phytoplanctons sont à la base de la chaine alimentaire. Ils nourrissent ainsi le zooplancton comme le Krill, qui est par la suite mangé par les sardines, les raies manta et même par les immenses baleines.

Ils génèrent la moitié de l’oxygène présent dans l’atmosphère

Plusieurs considèrent les arbres, arbustes, herbes et autre végétation terrestre comme les principales sources d’oxygène. Or, le phytoplancton génère autant d’oxygène que toutes ces plantes combinées! Comme elles, le phytoplancton contient de la chlorophylle, qui utilise l’énergie du soleil et convertit le dioxyde de carbone en composés formant les tissus de leur corps. L’oxygène créé est le sous-produit de ce processus, ce qui signifie que le plancton n’est pas seulement une source alimentaire importante pour la vie marine, et éventuellement pour les humains, mais qu’il nous permet aussi de respirer.

1-3-600x400

Artemia isolé sur fond noir. © Napat / Shutterstock 

Ils aident à l’absorption des émissions de carbone

Le phytoplancton génère une grande partie de l’oxygène terrestre, mais ils absorbent aussi jusqu’à 50 % du dioxyde de carbone contenu dans l’atmosphère. Les premiers scientifiques ayant pris connaissance de cette capacité de stockage du CO2 par les océans ont observé qu’il agissait comme un puits de carbone, stockant les émissions de gaz à effet de serre connus pour contribuer aux changements climatiques. Sans le plancton, la concentration de CO2 dans l’atmosphère serait encore plus élevée, et leurs effets tels que l’élévation du niveau de la mer et les changements de conditions météorologiques seraient encore plus puissants.

Mais l’augmentation de nos émissions les menace

La quantité de CO2 dans nos océans augmente à la même vitesse que la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. En fait, les océans d’aujourd’hui sont 30 % plus acides qu’ils ne l’étaient avant la Révolution industrielle. Nos océans ne peuvent continuer d’absorber le dioxyde de carbone au rythme actuel sans subir des changements significatifs. Alors que les excès de Co2 entrainent une baisse démesurée des niveaux de pH, les scientifiques s’inquiètent de l’affaiblissement éventuel du phytoplancton et du zooplancton qui constituent la base de la chaîne alimentaire. Pour en savoir plus sur ce que le WWF fait pour la réduction de CO2 dans notre atmosphère, cliquez ICI.