WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Inaccessibles ou inexistantes : ce qui arrive aux données sur l’eau douce

Une tendance perturbante émerge alors que nous atteignons 75 % de l’évaluation de santé des 25 bassins versants principaux du pays et comprenons les menaces auxquels ils sont confrontés.

Pour beaucoup trop de bassins versants, les données de bases sur la qualité de l’eau sont inaccessibles. Parce que ces données sont tenues à l’écart dans des rapports d’entreprises ou dans une organisation qui doit composer avec un manque de personnel et des employés surchargés. Ou tout simplement parce que ces données n’ont pas été amassées.

Winnipeg-c-Wildnerdpix-600x400

Bassin versant Winnipeg. © Wildnerdpix

C’est incroyable, si l’on prend en considération le rôle fondamental de l’eau dans nos vies, et la valeur accordée à cette ressource et partie de notre identité par les citoyens canadiens.

Même dans les bassins versants les plus densément peuplés et hautement développés, comme les Grands Lacs, nous ne connaissons pas l’état de santé de l’eau qui soutient notre bien-être et notre économie.

Au WWF-Canada, nous considérons l’eau douce comme l’une des ressources naturelles les plus précieuses au pays. Elle permet aux humains et à la nature de survivre, et sans un accès à un approvisionnement en eau saine, les espèces souffrent et nos modes de vie et moyens de subsistance sont fragilisés. Nous avons peut-être pris cette ressource comme étant acquise étant donné l’immense approvisionnement en eau douce dont nous bénéficions. Nous n’avons pas fait assez pour prendre en considération les différents bassins versants et les relations existantes entre eux, ainsi que l’état général de l’eau douce au pays.

En travaillant avec les autorités en conservation, les organisations environnementales locales et les différents paliers de gouvernement, nous tentons de changer la donne. La toute première évaluation nationale sur l’état de santé des écosystèmes d’eau douce est conçu pour pouvoir donner les données importantes nécessaires aux décideurs afin qu’ils prennent des décisions appropriées pour la santé à long terme de nos cours d’eau. Mais ça ne peut fonctionner que si les données sont amassées et plus accessibles. L’ouverture et la transparence sont essentielles.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement fédéral a annoncé une revue des processus d’évaluation environnementale et réglementaire dans le but de regagner la confiance du public en ce qui concerne les prises de décisions. Sans ouverture et transparence, cet objectif ne pourra pas être atteint. Un geste pour moderniser l’évaluation environnementale et réglementaire est un geste dans la bonne direction, mais doit se concrétiser par une action. Et vite.

La première étape est de s’assurer que les données soient collectées concernant la santé actuelle de tous les écosystèmes d’eau douce et les menaces de pollution, utilisation, espèces envahissantes, perte d’habitats, fragmentation des habitats et changements climatiques pesant sur ces systèmes. Des décisions de développement intelligentes ne peuvent être prises sans une compréhension des conditions actuelles et des impacts potentiels sur l’approvisionnement en eau.

Parallèlement, la revue du gouvernement devrait résulter en un accès libre et ouvert aux données sur l’eau douce en exigeant la transparence, peu importe qui collecte les données et pour quelles raisons (une compagnie minière, un embouteilleur d’eau ou un groupe environnemental).

Les évaluations d’eau douce du WWF-Canada sont accessibles et disponibles à tous, que ce soit les avocats, les scientifiques, les gouvernements et les citoyens. Vous pouvez trouver les résultats ICI.  Mais nous ne comptons pas sur les données pour qu’elles parlent d’elles-mêmes. C’est une collaboration nationale avec des groupes de gestion de l’eau qui luttent pour de meilleures politiques sur l’eau avec les gouvernements local, provincial et fédéral.

À travers tout le pays, nos bassins versants font face à une série de menaces sérieuses qui, si rien n’est fait, compromettra la santé de nos ressources hydriques.

D’un manqué de données accessibles sur la santé gloable de notre eau et les résultats qui démontrent les menaces auxquelles cette ressource est confrontée, il est évident que nous devrions tous être concernés par l’avenir de cette ressource naturelle.

Peel-Festival-2-450x600

Employés du WWF-Canada, Eau douce au Peel Children’s Water Festival © WWF-Canada

Que pouvez-vous faire? Votre soutien à la recherché du WWF continue d’être essentiel à notre réussite. Et en ce moment nous mettons en œuvre un réseau de gens qui veulent passez à l’action pour s’assurer que tous les cours d’eau au pays sont en santé. Plus tôt cette semaine, 200 personnes se sont jointes au webinaire pour connaître les résultats nationaux jusqu’à maintenant et lors du dernier Festival Peel Childrens’ Water à Brampton en Ontario, des centaines d’enfants ont démontré la volonté d’avoir des cours d’eau en santé. Il n’a pas été difficile de les convaincre de l’importance d’un accès à une eau de qualité maintenant et dans l’avenir pour leur qualité de vie et des espèces. Nous vous invitons à faire de ce principe une réalité. Plongez (en anglais) et engagez-vous pour assurer la santé à nos cours d’eau!