WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


17 raisons pour lesquelles 2017 sera une année géniale pour la planète (oui oui!)

En 2016, la température a grimpé en flèche en Arctique, alors que les ours polaires affamés attendaient la formation de la banquise. Les populations d’espèces ont décliné partout dans le monde. Et le climat politique agité rend incertain le futur des accords internationaux sur la conservation et l’environnement.

Mais 2016, c’est de l’histoire ancienne. La nouvelle année insuffle un regain d’optimisme et nous sommes ici pour vous dire pourquoi 2017 sera une année charnière pour la planète (dans le bon sens du terme!).

Voici 17 gains en conservation que nous attendons avec impatience en 2017.

1. Le Canada protégera 5 % de ses océans.

Le gouvernement s’est engagé à atteindre les cibles internationales visant à protéger 5 % des océans d’ici la fin de 2017 et 10 % d’ici 2020. Si pour l’instant, nous dépassons à peine le un pour cent, nous sommes prêts à être inondés d’annonces de nouvelles protections marines dans les semaines et mois à venir.

Baleines à bec communes (Hyperoodon ampullatus) qui refont surface au crépuscule, goulet de l'île de Sable, Nouvelle-Écosse, Canada.

Baleines à bec communes, goulet de l’île de Sable, Canada. © Sascha HOOKER / WWF-Canada

2. Le détroit de Lancaster sera désigné aire marine nationale de conservation.

La protection du « Serengeti de l’Arctique » apparaît bien en haut de notre liste de souhaits. Shell Canada ayant renoncé à ses permis d’exploration pétrolière et gazière en 2016, plus rien n’empêche désormais de désigner une AMNC dans le détroit de Lancaster en respectant la frontière établie par les Inuits qui délimite l’habitat important de nombreuses espèces.

3. La toute première évaluation des bassins versants du pays sera complétée.

Le WWF-Canada complétera en 2017 une initiative ambitieuse : la première évaluation nationale des bassins versants. Cette évaluation comprend quatre indicateurs de leur santé et sept menaces principales, afin de créer un portrait représentatif de l’état de nos ressources en eau douce.

4. Un million de Canadiens poseront des actions significatives pour la nature.

Nous nous sommes fixés des objectifs pour Un plus pour la nature (bientôt en français) et nous les atteindrons en 2017. Cela signifie qu’un million de citoyens de partout au pays en feront plus pour la nature en nettoyant les rivages, en s’impliquant dans des projets favorisant la biodiversité urbaine, en faisant la promotion de la santé de l’eau douce au bénéfice de la faune, en construisant des nichoirs pour les chauve-souris et les oiseaux, et bien plus! Soyez l’un d’entre eux cette année.

5. Le caribou toundrique sera officiellement désigné comme espèce « menacée ».

Maintenant que le caribou toundrique a été désigné comme étant une espèce menacée par le COSEPAC, nous travaillons à ce qu’il soit aussi désigné comme tel selon la Loi sur les espèces en péril (LEP) lors d’une annonce prévue à l’automne 2017. Bien que cela ne semble pas être une bonne nouvelle pour ces troupeaux en fort déclin, une telle désignation et un ajout à la liste de la LEP déclenchera l’élaboration d’un plan de rétablissement pancanadien.

Troupeau de caribous toundriques, au Yukon. © Don Russell

Troupeau de caribous toundriques. © Don Russell

6. Le Canada prendra des mesures pour devenir une superpuissance des énergies renouvelables.

Partout dans le monde, les communautés et industries optent pour les énergies propres. Le Canada a lui aussi un important potentiel énergétique qui va bien au-delà des combustibles fossiles. Notre outil Renewables for Nature (anglais seulement) respectueux des habitats, qui inclura en 2017 les provinces atlantiques canadiennes et l’Alberta – et une version française! – aidera à accélérer la transition en montrant quelles régions sont à la fois riches en ressources énergétiques renouvelables et peu conflictuelles pour la nature.

7. Le Canada et les États-Unis travailleront à inverser 50 ans de dégradation du fleuve Saint-Laurent et du lac Ontario.

Grâce au Plan 2014, signé en décembre 2016, 2017 verra s’amorcer le plus grand projet de restauration naturelle des écosystèmes aquatiques du pays. D’excellentes nouvelles pour les milieux humides et les espèces.

Fleuve Saint-Laurent © Jupiter Images

Fleuve Saint-Laurent © Jupiter Images

8. Mille compagnies canadiennes prendront part à Planète vivante @ Travail.

Les entreprises qui adhèrent à Planète vivante @ Travail sont les championnes de la durabilité en milieu de travail et elles prennent des décisions qui profitent autant à la nature qu’à leur rentabilité. En 2017, notre programme sera plus important que jamais.

9. Des portions du Dernier refuge de glace feront partie de la liste préliminaire canadienne des sites candidats au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le processus de désignation de l’UNESCO est long, mais nous espérons que les valeurs naturelle et culturelle de la banquise seront mises en valeur suite à une place sur la longue liste de l’an prochain.

10. Les humains deviendront réalistes face aux changements climatiques.

L’Accord de Paris, une entente internationale visant à freiner les émissions de gaz à effet de serre et atténuer les effets des changements climatiques, est entrée en vigueur le 4 novembre 2016. En 2017, les pays devront prendre le tout au sérieux. Nous misons sur les énergies renouvelables et la réduction de l’imposante empreinte écologique du Canada.

Éolienne au soleil couchant, près de Camelford, Cornwall, Royaume-Uni.

Éolienne au soleil couchant, près de Camelford, Cornwall, Royaume-Uni.

11. Les comptables vont sauver la planète.

Nous dépensons le capital naturel de la Terre à un rythme effréné. Les activités humaines ont des répercussions négatives sur la capacité de la nature à fournir de l’eau douce, de l’air pur, de la pollinisation, des températures stables – bref, de nombreux services écosystémiques essentiels pour la biodiversité et une économie en santé. Des indicateurs permettant d’intégrer la valeur de la nature au processus de prise de décision sont en préparation; la trousse Accounting for Nature toolkit (anglais seulement) aidera les entreprises à se mettre en branle.

12. Les navires ne seront plus autorisés à rejeter des eaux grises en Arctique.

La réglementation fédérale sur les eaux grises – les rejets de la douche, de l’évier, du lavabo et des galères sur les navires – a grandement besoin d’une refonte. Le WWF-Canada est optimiste qu’en 2017, Transport Canada comble les lacunes qui existent entre ses réglementations sur les eaux grises en vigueur au sud et au nord du pays, puis adopte des règles rigoureuses semblables à celles qui ont été mises en place en Alaska.

13. La population d’épaulards de la mer de Salish obtiendra un important plan de rétablissement.

Les 79 épaulards de la mer de Salish sont aux limites de la survie. Six d’entre eux sont décédés en 2016, et le gouvernement fédéral a lancé un plan d’action très attendu pour aider leur rétablissement. Si le plan final se fait toujours attendre, nous espérons qu’il arrivera assez tôt en 2017 et qu’il contiendra des mesures rigoureuses réduisant les menaces auxquelles cette population fait face. Ces orques ont besoin d’aide. Rapidement.

Deux épaulards, ou orques (Orcinus orca), dans l'océan Pacifique, au large de la Colombie-Britannique, Canada.

Deux épaulards, ou orques (Orcinus orca), dans l’océan Pacifique, au large de la Colombie-Britannique, Canada.

14. Le fédéral financera les énergies renouvelables en Arctique.

Le diesel, principale source d’énergie des communautés arctiques éloignées, a un impact négatif sur l’environnement. Suite à la déclaration commune des dirigeants du Canada et des États-Unis sur l’Arctique, nous sommes optimistes de voir des sommes allouées, dans le budget fédéral 2017, au déploiement des énergies renouvelables dans le Nord. Fiables et abordables, ces dernières sont bénéfiques à la fois pour l’environnement et les communautés.

15. Nous célébrerons 25 ans de redressement de la pêche à la morue du Nord.

Le mois de juillet marquera le quart de siècle du moratoire sur la pêche à la morue du Nord à Terre-Neuve-et-Labrador. Nous espérons que les bonnes nouvelles émanant des scientifiques qui surveillent le retour de ce poisson emblématique se poursuivront, alors que  nous travaillons à reconstruire cette pêche de façon durable. Et nous lèverons bien haut notre verre lors d’événements prévus à Terre-Neuve à l’été 2017, pour rendre hommage à une espèce si importante pour la région qu’elle y est connue simplement sous le nom de « poisson ».

Aquaculture de morue de l'Atlantique (Gadus morhua), Terre-Neuve, Canada.

Aquaculture de morue de l’Atlantique (Gadus morhua), Terre-Neuve, Canada.

16. Les jeunes de partout au pays deviendront des champions de l’eau douce.

Notre équipe eau douce traversera le pays pour transmettre aux jeunes notre message sur l’importance d’une eau saine (anglais seulement), stimulant ainsi l’émergence de la prochaine génération de leaders de l’eau.

17. Vous resterez toujours autant mobilisés!

C’est votre appui qui rend notre travail possible. Ensemble, nous continuerons à réaliser d’importants gains pour la faune et la planète.

 

Vous avez apprécié lire sur nos souhaits pour 2017? Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester informé de leur concrétisation tout au long de l’année!