Bienvenue dans la section blogues du WWF-Canada

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Dan Slavik
Dan Slavik
« Je me considère chanceux de pouvoir vivre dans l’Arctique à un moment où les connaissances traditionnelles des Inuit et les sciences et technologies modernes peuvent s’allier pour donner naissance à un immense savoir afin de mieux comprendre l’écosystème unique de l’Arctique et pour entreprendre les actions collaboratives qui s’imposent en ces temps de bouleversements sociaux et écologiques rapides. »
L’intérêt de Dave pour les rapports entre les gens et leur environnement est ce qui l’a d’abord poussé à vivre et à travailler dans l’Arctique. Sa formation interdisciplinaire en sciences sociales et naturelles lui a fourni les outils nécessaires pour étudier le vaste éventail d’enjeux écologiques, culturels et socioéconomiques qui caractérisent la vie dans le Grand Nord.
Depuis 2009, Dan travaille sur le terrain dans la région habitée par le peuple Inuvialuit où il étudie les connaissances traditionnelles sur les ours polaires, leur santé générale et leur habitat. Il effectuait auparavant des recherches sur la gestion autochtone de la faune dans les Territoires du Nord-Ouest, ailleurs au Canada et dans le Sud de la Nouvelle-Zélande, étudiant notamment comment les connaissances indigènes traditionnelles et contemporaines peuvent servir à mieux comprendre et surveiller les changements dans l’environnement.
Avant de travailler pour le WWF-Canada, Dan œuvrait au cinéma, notamment dans le cadre de projets comme Codebreakers et Active Citizens Television.
Dan vit à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, en compagnie de son chien Nanuk (ours polaire en inuktitut), un mélange de husky et de labrador qu’il entraîne à le tirer à skis.

Abonnez-vous au blogue de Dan

Les blogues de Dan

Un Arctique, un avenir… un déversement?
Explorons le partage des risques - pour les gens et la nature - d'un déversement d'hydrocarbures dans la mer de Beaufort

Il était moins cinq pour le Kulluk – il faudra mieux planifier le trafic pétrolier et gazier dans l’Arctique
Comme tout le monde qui s’intéresse à la faune fabuleuse et aux rives sauvages de nos océans, l’échouement de la plateforme Kulluk face aux côtes de l’Alaska m’a grandement inquiété.

La mer de Beaufort, ou comment sacrifier un joyau écologique à l’autel pétrolier
Ottawa offre au plus offrant des droits d’exploration pétrolière sur 905 000 hectares – une superficie équivalant à la moitié du lac Ontario – dans des zones de la mer de Beaufort que le fédéral reconnaît lui-même comme fragiles sur les plans écologique et biologique.