WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Rapports sur les bassins versants : un outil pour les gardiens de l’eau

Les Canadiens sont, naturellement, des gardiens de l’eau. En tant que fiduciaires d’un cinquième de l’eau douce de la planète, nous avons le devoir de la protéger. Mais par où commencer? Au WWF, nous avons décidé de le faire en comblant d’importantes lacunes sur le plan du savoir : Au moment où l’on se parle, le Canada ne dispose pas d’un portrait de l’état de ses bassins versants.

Voici le résultat : rapportsbassinsversants.wwf.ca. Nous lançons aujourd’hui ce nouveau site web qui, nous l’espérons, deviendra une ressource de premier plan pour guider la gestion des bassins versants, soutenir le développement de nouveaux programmes et de nouvelles politiques publiques, et aider les Canadiens à mieux connaître – et à prendre soin – du bassin versant où ils vivent.

James à la pêche au bar au Wolf Lake, parc provincial Kawartha Highlands, Ontario. © Lindsay Hawes

James à la pêche au bar au Wolf Lake, parc provincial Kawartha Highlands, Ontario. © Lindsay Hawes

Nous avons la moitié du chemin de fait. À ce jour, 12 des 25 principaux bassins versants du pays ont été évalués sur la base de quatre indicateurs de la santé de l’eau – débit, qualité, poissons et invertébrés benthiques – et de sept indicateurs de menaces pesant sur les écosystèmes aquatiques – pollution, changements climatiques, perte et fragmentation d’habitats, surutilisation de l’eau, modification des débits et espèces invasives.

Alors que les rapports intermédiaires paraissent, nous avons certaines raisons de nous inquiéter. Nos bilans à ce jour ont révélé plusieurs menaces considérables pesant sur nos bassins versants, incluant dans les régions les plus peuplées du pays. Sur le plan de la santé de l’eau, la plupart n’atteignent pas le seuil de la bonne condition. En effet, seulement deux bassins déjà évalués ont rencontré les critères de la bonne santé de l’eau : ceux du Saint-Laurent et du Saint-Jean—Sainte-Croix.

Peut-être encore davantage troublant, ceci dit, est le manque criant de données accessibles concernant la santé des bassins versants que nous voulions mesurer. Même dans les régions les plus peuplées et les plus développées au pays, comme dans les Grands Lacs par exemple, nous n’avons aucune idée de l’état de santé des rivières qui soutiennent notre économie et notre bien-être.

Nous pouvons faire mieux. L’information disponible au rapportsbassinsversants.wwf.ca est pertinente pour tout le monde, des spécialistes de la qualité de l’eau dans les municipalités aux ingénieurs du gouvernement, en passant par les plaisanciers, les kayakistes ou les propriétaires riverains. Nous espérons que ces informations apporteront de l’eau au moulin de notre intendance collective de l’eau douce au Canada.

L’équipe Eau douce du WWF-Canada s’engage à continuer à faire sa part. D’ici 2017, nous aurons mesuré l’état de santé de chacun des 25 principaux bassins versants du pays. Ces bilans de santé nous fourniront la base de comparaison à utiliser pour mesurer nos progrès vers notre ambition, qui est de voir tous les cours d’eau du Canada en bonne santé d’ici 2025. Les bilans que nous avons faits dans les bassins versants de la Skeena et des fleuves Saint-Jean et Saint-Laurent guident déjà nos activités dans ces régions.

Pour en apprendre plus sur l’état de santé et les menaces qui pèsent sur votre bassin versant, visitez le rapportsbassinsversants.wwf.ca, et jetez un coup d’œil à Bassins versants 101, une infographie expliquant comment le WWF mesure l’état des cours d’eau du Canada.