WWF-Canada Blogue:
Accueil

Bâtir un monde où les humains pourront vivre en harmonie avec la nature


Devenez un.e citoyen.ne scientifique!

C’est le temps d’étudier les espèces qui entourent la maison

Essayer de rester en contact avec la nature peut être difficile en ce moment, alors que nous passons le plus clair de notre temps entre quatre murs. En devenant un.e citoyen.ne scientifique, vous pouvez tout de même maintenir le contact avec la nature en apprenant tout ce qui concerne les espèces qui habitent votre quartier. Ce faisant, vous pouvez aussi aider à collecter des données importantes!

Paruline des pins © Sarah Pietrkiewicz

Que vous disposiez d’une grande cour ou d’un petit balcon, c’est le temps de porter attention à l’extérieur. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un peu de curiosité, de quelques ressources de base (que nous fournissons ci-dessous gracieusement!) et d’un endroit pour noter toutes vos observations, comme un carnet pour écrire vos notes de terrain.

Puis, suivez simplement les étapes suivantes et devenez citoyen.ne scientifique :

Première étape : Apprenez à connaître les espèces locales

Renseignez-vous sur les espèces de faune et de flore qui peuplent votre région. Il est facile de trouver des ressources en ligne à propos de votre province ou de votre territoire. Si les oiseaux vous intéressent, un bon site à consulter est Oiseaux Canada. Plusieurs villes et institutions ont aussi des guides pour vous aider à identifier les espèces de votre région, comme les sites de la Ville de Montréal et du Jardin botanique de Montréal, pour ce qui est de la flore indigène. Si vous vous intéressez aux bestioles aux multiples pattes, l’Insectarium de Montréal est un bon endroit pour apprendre à les identifier.

Ces ressources vous aideront à savoir quoi regarder et comment reconnaître les traits distinctifs des oiseaux, des amphibiens, des mammifères, des insectes et des plantes que vous apercevrez.

Deuxième étape : Choisissez votre point d’observation

Que ce soit dans la cour, par la fenêtre, assis.e sur le balcon ou encore sur le chemin de votre sortie hebdomadaire à l’épicerie, choisissez un endroit d’où vous pourrez suivre régulièrement les espèces que vous voyez. En repassant souvent au même endroit, on se fait l’œil et on voit mieux apparaître la richesse de la nature.

Troisième étape : Notez vos observations comme un.e scientifique

Pete Ewins et Emily Giles, nos spécialistes des espèces, ont des carnets de terrain depuis presque toujours. Ils vous recommandent d’être attentif.ve non seulement à ce que vous voyez, mais aussi à ce que vous entendez. Voici comment ils notent leur suivi dans leur propre carnet de terrain (et à savoir : ces détails vous aideront à la quatrième étape!) :

Date :

Heure :

Conditions météorologiques : (température, couverture nuageuse, vent, etc.)

Comportement : (Que fait l’animal? Construit-il un nid? Transporte-t-il de la nourriture? Son chant est-il particulier?)

Triton vert à points rouges © Sarah Pietrkiewicz

Quatrième étape : Analysez (et partagez) vos données

Lorsque vous êtes à l’aise avec vos capacités d’observation et de suivi des espèces qui vous entourent, essayez de comprendre leur comportement. Est-ce qu’une espèce apparaît lorsque la température grimpe? Est-ce qu’une espèce ne se montre qu’après la pluie? Voyez-vous des changements au cours des saisons? Est-ce qu’une espèce ne fréquente que les endroits peuplés d’une certaine plante? Ce sont toutes des questions qu’un.e biologiste se poserait!

Lorsque vous vous sentez en confiance, vous pouvez ajouter vos données à des ressources comme iNaturalist, une application qui vous aide à identifier différentes espèces, en plus de permettre aux scientifiques d’utiliser vos observations pour mieux comprendre la science de la conservation. Il y a plusieurs ressources locales comme celle-ci. Vous avez observé un grand nombre d’oiseaux? Soumettez vos données sur le site de eBird. Vous êtes dans les Maritimes? Si vous voyez le capelan « rouler » lors de la fraie, transmettez vos observations sur le site eCapelan. Pour les amphibiens et les reptiles, vous pouvez avoir recours au site de l’Atlas AARQ, si votre observation a eu lieu au Québec. Finalement, puisque les observations ont lieu à toutes heures du jour… ou de la nuit, le site Chauve-souris aux abris vous permet de partager votre intérêt à l’échelle nationale.

La science citoyenne vous permet d’en apprendre davantage sur ce qui vous intéresse et vous rapproche de la nature.


Comments are closed